Après avoir interrogé la notion de tradition, nous observerons à travers plusieurs exemples comment les sociétés les utilisent ou les réinventent, et comment le passé est utilisé socialement pour produire des éléments du présent et générer des éléments identitaires. Ce cours nous permettra d’aborder la question des représentations, des (ré)définitions et des politiques identitaires, notamment celles reliant le tourisme aux peuples autochtones.

Notre objectif dans ce cours est de mettre l'accent sur la façon dont le contexte général de mobilités et de globalisation modifie le rapport offre/demande de soin, favorise une mondialisation thérapeutique et oblige à une évolution des pratiques de santé : celles des demandeurs de soin d'une part, celles des pourvoyeurs de soin d'autre part. Il importe d’analyser le tourisme médical, les migrations procréatives, ou l’industrie du bien-être au prisme d’une anthropologie centrée sur la dynamique des systèmes thérapeutiques.

ECUE 1 Une histoire du corps (M.-L Gélard)

Le cours illustre comment l’objet « corps » s’est constitué et a évolué dans l’histoire de la discipline, à travers différentes thématiques : physiognomonie, pratiques corporelles, parures corporelles, corps et statut juridique, substances, anthropologie sensorielle, politique des corps, traitement du corps mort (l’exemple du cannibalisme), etc.

ECUE 2 Corps et symbolisme (B. Lecestre-Rollier)

On montrera la force et la constance du travail des sociétés et des individus pour produire des corps et construire des identités. Loin d’être naturel, le corps humain apparaît comme une construction sociale naturalisée. Le cours fera une large part aux processus symboliques qui fondent la personne humaine.

Bibliographie ECUE 1 & 2 (lectures indispensables) :

-Godelier M., 2003, La production des grands hommes, Paris, Flammarion.

-Héritier F., 1996, Masculin/féminin I. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

-Lo Sardo S., 2009, « De chair, d’encre et de quotidien. Une ethnographie du corps tatoué », Techniques et culture (52-53) : 282-305.

-Mauss M., (1936), 1968, « Les techniques du corps » in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF : 365-386.

 

L’anthropologie de la santé et de la maladie oriente la recherche anthropologique sur l’analyse des processus historiques et des contextes sociaux, institutionnels, et politiques spécifiques qui font surgir certaines conceptions du corps, de la santé et de la maladie. Elle vise à remettre en question le présupposé « caractère naturel » de ces notions pour montrer comment le concept même de nature a été construit historiquement et culturellement dans les différents contextes sociaux. Ce cours fera découvrir aux étudiants les travaux classiques ainsi que les développements que la discipline a subi au cours des quatre dernières décennies. Il permettra aussi de réfléchir aux mutations contemporaines des objets et des pratiques méthodologiques de ce domaine de recherche.
 

Des précurseurs aux nouvelles pratiques, des politiques locales aux industries globales, ce cours propose d’approcher le phénomène touristique du point de vue des thèmes et des paradigmes de l’anthropologie. Tout en portant la focale sur le « tourisme culturel » dans ses différentes acceptions et dimensions, nous travaillons également les questions relatives à la culture matérielle des touristes, à l’hospitalité marchande et non marchande, aux représentations de soi et de l’autre à l’œuvre dans les pratiques, comme dans les politiques. Le cours est étayé par une série d’articles, de textes et de vidéos disponibles sur la plateforme pédagogique Moodle 2.

 

En s’appuyant sur l’histoire de la discipline, ce cours  présentera les principales théories développées pour l’analyse du rituel et examinera quelques-unes des questions qui continuent à nourrir le débat de l’anthropologie du rituel : la question de l’identification du rituel,  l’efficacité et l’échec du rituel ; le rapport entre rituel, jeu et théâtre ; la relation entre corps et rituel ; la relation entre rituel et sécularisation.

 Ce TD permettra d’aborder les principales questions de méthodologie de recherche en ethnologie: la recherche bibliographique; la construction du terrain et du sujet de recherche; l'observation participante; la description; -l'entretien; l’écriture; la réflexivité; la restitution; l’étique de la recherche; le statut du savoir ethnologique entre interprétation et empirisme.